mercredi 2 avril 2014

FRENCH: Deux Petites Réflections

EN CHANTANT
La vie c’est plus marrant,
C’est moins désespérant

Ah bin! Sardou le dit, comme chacun sait, c’est parole d’évangile n’est-ce pas? 

Quoi qu’il en soit, c’est mon cas, j’adore chantonner. Tout est alors faisable, compréhensible, on est plus ouvert et on ne prend pas autant à coeur quand il n’y a pas de raison à le faire. Je ne vous vois pas tout à fait convaincu. Allez balayer ce scepticisme et chantonner un peu (faut pas être coincer du…. COMMENT?!)

Cela vous évitera peut-être de ne pas racheter de tranquillisants ou de pushing ball… c’est à explorer moi je dis!

JANE QUAND TU NOUS TIENS! (pour les frigides)

Il en faut du courage pour lire Jane Austen. Les termes s’ajoutent et s’emberlificottent et elle devait avoir pour livre de chevet le dictionnaires des adjectifs. Malgré tout, elle est au goût du jour. Bien que je n’enfonce des portes ouvertes aujourd’hui je suis très heureuse de vous apprendre si vous ne le saviez déjà que ce que les femmes aiment chez Austen (et oui je dis femmes car, ne nous voilons pas la face, ce sont surtout les femmes qui la lise). 

D’où vient toute cette luxure et tout ce sexe que nous sert la BBC et autres lorsque s’attèlent à la tâche d’adapter ces romans? Je vais vous le dire moi! dans les comédies romantiques! Car, pour celles d’entre vous qui après avoir vu Colin Firth émerger de l’eau ou Billie Piper embrasser son “cousin” se sont dit que ce serait l’idée du siècle de lire du Jane Austen car elles adorent ces histoires: NON. Personne n’embrasse personne chez Austen un point c’est tout. 


Je vous pris d’excuser ma manière cavalière d’anéantir vos rêves mais c’est comme ça.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire