samedi 1 mars 2014

FRENCH: Livrez-Vous Délivrez-Vous

    Il n’y a pas de question à se poser. L’écriture est un exutoire comme il y en a peu. Malgré cela, il ne faut jamais littéralement mettre sur papier son mal être. Sa relecture est pathétique et pénible. 
    J’avouerais que c’est véritablement la raison pour laquelle j’ai repris l’écriture. Fut un temps, je me perdais dans les mots pour que mon imagination se livre à une diarrhée d’aventures, et de pensées aussi fugaces que l’était leurs significations. 
     Mais maintenant je m’amuse beaucoup plus dans la vie. bien que beaucoup de personnes de mon entourage pourraient dire le contraire. Pour des moments de pures joies, il faut de grandes douleurs… 

     L’écriture c’est un petit peu comme si je m’étais coupée une veine au poignet par laquelle sortait ma bile noire. Pour être encore plus clair, il faudrait dire que si j’avais le talent d’Edgar Poe, je serais très certainement guérit.
     Pas de bol! Je n’ai aucun talent et une sale de mélancolie dans laquelle je m’enlise tel une mélasse noirâtre. Je pourrie donc joyeusement de l’intérieur et pollue mon entourage. Une belle et bonne douleur physique et mentale. Comme tout à chacun je dis des choses que je regrette dés que j’ai ouvert la bouche mais un sentiment de musellement s’en dégage à chaque fois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire