lundi 24 février 2014

FRENCH: Pour les yeux de Roméo

Combien de fois peut-on adapté une pièce sans que celle-ci ne perde son essence première? Rien est certain mais si le cinéma est le théâtre d’aujourd’hui alors attendez-vous à encore voir des pièces adaptées et réadaptées. Le seul regret que je pourrais exprimer est celui de ne pas voir une plus grande variété de pièces. Au lieu de cela, les sempiternels mots de Shakespeare s’empilent comme des malpropres sur la toile, renouvelés maladroitement les rendant gauches et leurs volant sans un regret leurs sens profonds. 
Je vous le concède j’adore Shakespeare. Fichtre, cela sonne d’un pédant! M'enfin c’est tout de même vrai, dés que j’ai posé les doigts sur l’intégrale de ces textes, je ne l’ai pas lachée. Je ne suis pas certaine lorsqu’il s’agit des pièces historiques mais le “bon mot” est quand même quelque chose difficile à trouver. Mais Rostand, Marlowe, Sophocles, Beaumarchais, Molière… même Racine, donnez nous en!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire